Cet article est dans les rubriques : OMI, OMI 2011

Prix de l’Audace : AlchiMedics – « Sauver des vies grâce à un stent révolutionnaire, l’histoire d’une aventure personnelle »
// 13 mai 2013 // 0

AudaceD’après les propos recueillis auprès de Monsieur Christophe Bureau, PDG de AlchiMedics.

Les maladies cardio-vasculaires sont une cause de décès importante dans le monde. Pour traiter les artères bouchées, des stents (petits treillis de quelques millimètres de diamètre et de quelques centimètres de long) permettant de ré-ouvrir et de maintenir ouverte l’artère sténosée, sont installés chez les patients. Cette technologie permet de remplacer les pontages coronariens très lourds.

Le stent métallique est apparu dans les années 90. Il nécessitait un traitement médicamenteux complémentaire lourd d’environ un mois et 10 % des patients étaient victimes d’un « rebouchage » au bout de quelques mois : la resténose. En 2000, le stent « revêtu à propriétés de relarguage de médicament » (dont le premier fut le stent Cypher® de Cordis) est lancé sur le marché et connaît un succès immédiat. Il permet de diffuser les médicaments très localement pour faciliter la cicatrisation. Le risque de « rebouchage » des artères à 6 mois est nettement moindre. Mais la découverte en 2006 de risques avérés de thromboses tardives chez certains patients implantés avec un stent « revêtu » écroule le marché et provoque un retour aux stents métalliques, malgré les effets connus de resténose et les risques de pontage.

 

Le stent BuMa, révolutionnaire

Ingénieur au CEA de 1994 à 2001 et président d’AlchiMedics, une entreprise essaimée du CEA spécialisée dans le biomedical, Christophe Bureau a inventé la technologie d’électro-greffage de polymères sur métaux (eG™). Cette technologie permet le collage absolu, par électrochimie, de couches nanométriques de polymères sur des métaux. Souhaitant passer d’une invention à une innovation utile pour l’homme, il décide de créer un revêtement révolutionnaire pour corriger les stents revêtus de leur défaut : le revêtement Biod-eG™. La particularité d’un stent revêtu de la technologie Biod-eG™ est sa structure bi-couche : une sous-couche électro-greffée particulièrement lisse avec des rugosités nanométriques et une couche biodégradable de polymères contenant le médicament.

Ses propriétés sont remarquables : grâce à la couche biodégradable, le médicament est totalement relargué dans les parois de l’artère du patient sur une période de 30 jours, à la différence des autres stents, qui soit relarguent trop vite, soit jamais complètement. Plus important encore, la sous-couche électro-greffée permet une cicatrisation rapide et inédite de l’artère une fois le médicament relargué. Ainsi, les thromboses tardives sont évitées, garantissant une sécurité maximale au patient.

 

Une course contre la montre pour un lancement en grande pompe

C’est une aventure hors du commun qui a permis de transformer une invention de laboratoire en une innovation citoyenne remarquable, lancée sur le marché chinois en janvier 2011. Les étapes se sont succédées à une allure folle : lancement de l’activité avec l’aide à la création d’entreprise d’OSEO, recherche des liens entre thrombose tardive et technologie d’électro-greffage, essai non concluant sur les animaux en 2006, découverte du médicament nécessaire, difficulté de financement en 2007, rencontre décisive avec un leader d’opinion incontesté dans les thromboses permettant de comprendre l’importance d’une couche lisse, rencontre avec un chercheur de Villetaneuse spécialisé dans la biologie cellulaire qui fait le design de la partie relarguage du médicament, lancement d’une nouvelle étude animale avec des résultats exceptionnels (recolonisation des cellules à hauteur de 90 % en 14 jours, là où le stent Cypher® recolonise à 70 % en 28 jours !), organisation d’un comité scientifique constitué de leaders d’opinion auprès des centres hospitaliers universitaires français pour confirmation des résultats, vente d’une licence d’utilisation de la technologie et de commercialisation auprès d’une entreprise chinoise (Sinomed) pour le marché chinois, première implantation sur l’homme fin 2007, transfert des machines réalisant le procédé de revêtement en 2009 et 2010, homologation en décembre 2010 du stent « BuMA® » de Sinomed, et lancement dès janvier 2011 sur le marché chinois. En deux mots, un pari réussi !

 Alchimedics

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Copyright © 2012 BearingPoint. Tous droits réservés.