Cet article est dans les rubriques : OMI, OMI 2011

Prix de l’Ecosystème d’Innovation : Amplitude Technologies – « La chaîne de valeur comme écosystème »
// 29 avril 2013 // 0

Prix de l'Ecosystème d'Innovation

D’après les propos recueillis auprès de Monsieur Gilles Riboulet, CEO & General Manager.

Un enjeu majeur de santé publique

Nul ne sera surpris : le cancer représente aujourd’hui la deuxième cause de mortalité dans les pays développés. Environ dix millions de nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, et la mortalité due au cancer représente environ 13% de la mortalité mondiale.

Parmi les traitements de radiothérapie disponibles, la protonthérapie a fait ses preuves et constitue aujourd’hui un traitement d’excellence pour certains cancers. Cependant, cette technique nécessite une infrastructure lourde et coûteuse, limitant drastiquement son utilisation : entre 80 et 140 millions d’euros par équipement. Pourtant, les besoins en centres de protonthérapie sont énormes : il en faudrait 300 en Europe (contre 12 existants), 200 en Asie (contre cinq existants) et 130 aux USA (contre sept existants).

C’est ainsi que le projet SAPHIR est né. Son objectif à cinq ans est de démontrer la faisabilité d’une installation compacte et peu coûteuse de protonthérapie basée sur des lasers ultra intenses. Le budget global du projet est de 20 millions d’euros avec notamment le soutien d’OSEO.

 

Un rêve de victoire sur le cancer à portée de main

Pour réaliser ce rêve, SAPHIR recherche des gains importants sur les trois étapes de la chaîne de production d’un faisceau protons médicalisé, à savoir : la production de protons pour une machine, le transport du faisceau de protons jusqu’aux salles de traitement, et la délivrance du faisceau au patient. Tout cela dans le but d’obtenir un coût dix fois moins élevé qu’à l’heure actuelle (installation et fonctionnement compris).

Pour répondre au défi de la conception et du développement de cette machine, la société Amplitude Technologies, une PME spécialisée en solutions technologiques, s’est associée à des partenaires français afin de créer un écosystème d’innovation couvrant toute la chaîne de valeur du projet SAPHIR ; et ceci en dehors de tout pôle de compétitivité.

 

Neuf partenaires français pour un groupement de compétences uniques

Ce projet rassemble des scientifiques d’excellence issus d’horizons divers et variés, ingénieurs opticiens, physiciens, médecins, chimistes et biologistes. Les acteurs sont : la société Amplitude Technologies, PME et leader mondial dans le développement des sources lasers ultra intenses ; la société Imagine Optic, l’un des leaders mondiaux de l’analyse de front d’onde et d’optique adaptive ; la société Dosisoft, PME et seule entreprise française développant des logiciels pour la radiothérapie ; l’Institut Iramis du CEA Saclay, l’une des premières équipes au monde dans le domaine de la physique des particules et de l’accélération de protons par laser ultra-intense ; le Laboratoire d’Optique appliquée, doué d’une notoriété internationale dans l’accélération de particules, électrons et protons ; les équipes du CEA DAM et l’équipe LIRM qui effectuent les simulations d’accélération de protons ; le premier centre européen de protonthérapie d’Orsay de l’Institut Curie, qui contrôle et adapte le faisceau de protons médicalisés ; l’institut de cancérologie Gustave Roussy, avec son laboratoire axé sur l’étude des bases biologiques de la radiothérapie ; et enfin la société Propulse créée par les partenaires, pour assurer la coordination puis la valorisation du projet pour les phases d’industrialisation et de commercialisation.

Cet écosystème fonctionne à plusieurs niveaux et les rôles sont répartis en fonction des compétences des différents partenaires.

Si l’écosystème est géré par des comités de pilotage, il est surtout géré sur le terrain via la réalisation des différents lots de conception et développement qui ont des objectifs précis et font travailler les équipes ensemble. Un fort réseau de relations personnelles entre les différents responsables des entreprises ou laboratoires a également été développé.

Pluridisciplinarité et complémentarité des partenaires, structuration du projet en lots de performances techniques à atteindre pour répondre aux objectifs d’une installation compacte et peu coûteuse, telles sont les conditions de réussite de ce projet industriel majeur pour la santé publique.

Les essais in vitro ont déjà commencé, les essais in vivo sont prévus pour 2016, et les premiers traitements humains auront lieu en 2020.

Extrait du recueil des Belles Histoires des Trophées du Management de l’Innovation 2011

Amplitude Technologies

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Copyright © 2012 BearingPoint. Tous droits réservés.